ARCHIVES

Saison 2014-15

MODERNITÉ ET RÉSISTANCE: LA MUSIQUE D'UN MONDE MEILLEUR

 

Après deux festivals strasbourgeois en 2012 et 2013, marqués notamment par la participation de l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg, du pianiste Laurent Cabasso et de nombreux artistes et ensembles

internationaux, le Forum Voix Etouffées-CEMUT

poursuit sa redécouverte des compositeurs dont l'œuvre aura été marqué par les régimes totalitaires, en subissant les ukases et les foudres.

 

La musique européenne des années vingt est ainsi marquée au sceau d'une politisation que lui imposent à la fois les conséquences de la Première guerre mondiale, et la montée irrésistibles des régimes autoritaires.

 

Le jazz est sans doute le paradigme du genre musical haï par ces derniers :

judéo-nègre et décadente pour les uns, bourgeoise et internationale pour les autres, il est pour les compositeurs de l'époque successivement émancipation face à la culture traditionnelle, puis symbole de la résistance jusque dans les camps de concentration.

La danse, du shimmy au tango, envahit ainsi les salles de concert avant de porter la parole des ghettos comme à Terezin ou à Bialystok.

 

Le Forum Voix Etouffées consacre pour sa saison 2014-2015 trois concerts illustrant cette thématique de la modernité et de la résistance, et fera découvrir de nombreuses œuvres inconnues, comme le trop rare Pierrot lunaire de Kowalski, ou les tangos en yiddish des ghettos, tout en s'appuyant sur une exposition permanente visible dans ses locaux strasbourgeois sur la musique dans le système concentrationnaire nazi.

 

Programme :

 

 

Mardi 14 octobre 2014 à 20h

 

Erwin Schulhoff (1894-1942) : Hot Sonate pour saxophone et piano

Paul Hindemith (1895-1963) : Trio pour saxophone, alto et piano op.47

Erwin Schulhoff (1894-1942) : Etudes de jazz

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Sonate pour alto et piano op.147

Alto : Jean-Baptiste Brunier

Saxophone : Jean-Pierre Baraglioli

Piano : Nicolas Dessenne

 

Jeudi 27 novembre 2014 à 20h

 

1ère partie : Tangele (tangos des ghettos en yiddish)

2ème partie : Cabaret @Terezin

Mezzo-soprano : Lloica Czackis

Alto : Juan Lucas Aisemberg

Piano : Ivo de Greef

 

Mardi 17 mars 2015 à 20h

 

Louis Saguer (Wolf Simoni, 1907-1991) : Quatre chants séfardis

Wladyslaw Szpilman (1911-2000) : La Vie des Machines

Ilse Weber (1903-1944) : Ich wandre durch Theresienstadt

Max Kowalski (1882-1956) : Pierrot lunaire

Soprano : Betsabée Haas

Piano : Carole Villiaumey

Festival 2013

LA MEMOIRE RETROUVEE // MUSIQUES PROSCRITES

 

C’est sous ce titre que s’ouvrira à Strasbourg entre le 7 et le 19 novembre 2013 le VIème festival organisé par le Forum Voix Etouffées-CEMUT, en écho à celui intitulé « Des Orchestres pour la Mémoire/Musique interdites» en janvier 2012 lors de son installation à Strasbourg. Ces concerts strasbourgeois auront été précédés par une représentation de L’Empereur d’Atlantide de Viktor Ullmann dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire de Blois.

 

Le titre de cette sixième édition du Festival Voix Etouffées, placée sous le patronage de la présidence autrichienne du Comité des ministres du Conseil de l’Europe, mérite que l’on s’y attarde. Le Forum Voix Etouffées poursuit ici sa redécouverte des œuvres de compositeurs proscrits sous les totalitarismes du XXème siècle. Encore faut-il définir avec soin l’approche qui est la sienne. Elle est centrée avant tout sur la musique elle-même, sa qualité avant toute chose, et non sur un mantra commémoratif compassionnel qui ne créerait que confusion et désillusions. Car on ne naît pas plus victime de la Shoah que du stalinisme ou de tout autre régime totalitaire, on le devient. Et le génie des Schreker, Weinberg, Braunfels ou Mossolow ne doit rien à Hitler ou Staline - qui portent en revanche la responsabilité de leur disparition

culturelle - : il leur est préalable. Parmi les œuvres des musiciens proscrits, toutes ne sont pas de la même valeur. Leur réexamen doit donc se dérouler en deux étapes : la première, dans laquelle nous sommes toujours, est celle de la renaissance, réponse politique et culturelle à des actes d’une violence extra-ordinaire qui en avait provoqué la disparition. La seconde sera le jugement de l’histoire, esthétique cette fois, qui choisira de les conserver ou de les reposer sous la poussière des rayonnages des bibliothèques.

 

Le mot d’ordre « La Mémoire retrouvée » a donc pour objet de mettre en perspective la place individuelle qui revient à ces créateurs dans l’histoire générale de la musique et les causes spécifiques qui conduisirent à leur éradication. Cette mise en perspective ne peut se satisfaire d’approximations ou de jugements à l’emporte-pièce, mais nécessite une approche scientifique, musicologique, historique et de sciences politiques.

 

C’est dans ce but que le Forum Voix Etouffées-CEMUT, en étroite collaboration et avec le soutien du département de la mémoire du Conseil de l’Europe, a associé à ce festival un colloque sur le thème « Musique et camps de concentration ». Le sujet, qui prend toute sa dimension pendant la Shoah, n’est cependant pas propre à cette dernière. La musique est présente dans les camps de concentration institués par tous les régimes autoritaires quels qu’ils soient.

 

Nés spontanément parmi les déportés, ou organisés par l’administration des camps et détournés à des fins de propagande, les cas de figure sont innombrables. Des camps nazis au goulag, en passant par les camps chiliens sous le régime de Pinochet, le colloque présentera une approche aussi globale que possible de la question. Il sera lui-même accompagné d’une exposition documentaire sur la présence de la musique dans les camps nazis.

 

Ce ne sont pas moins de vingt compositeurs, au travers de plusieurs premières françaises, qui viendront irriguer musicalement ce travail de réflexion, présentés dans dix concerts à Strasbourg, Blois, Paris et Ivry-sur-Seine. A cet effet, le FVE invite en 2013 trois orchestres outre son propre Ensemble Voix Etouffées : saluons d’abord l’engagement à nos côtés du premier grand orchestre symphonique français à s’associer à cette action, à savoir l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg. Suivront le 1. Frauen-Kammerorchester von Österreich et l’Orchestre Symphonique d’Etat de Thessalonique, associés depuis plusieurs années  au Projet Voix Etouffées.

 

 

Programme :

 

Dimanche 10 novembre à 15h

Vernissage de l'exposition "L'orchestre du Block 12"- Musique et camps de concentration nazis - Exposition documentaire et sonore

Cité de la Musique et de la Danse de Strasbourg

 

Samedi 12 octobre à 20h30

Théâtre Nicolas Peskine, Blois

Viktor Ullman (Autriche, 1898-1944) : Der Kaiser von Atlantis

Solistes et Ensemble Voix Etouffées

Direction : Olivier Holt

Dans le cadre des Rendez-Vous de l'Histoire 2013

 

Jeudi 7 novembre à 18h

Conseil de l’Europe, Strasbourg

Hans Gál (Autriche, 1890-1987) : What a Life! (première française)

Revue composée en 1940 au camp de l'Ile de Man

Ensemble du Royal College of Music de Londres

 

 

Vendredi 8 novembre à 20h30

Relais Culturel La Saline, Soultz sous Forêts

Ernst Toch (Autriche, 1887-1964) : Bunte Suite

Alexandre Mossolov (Russie, 1900-1973) : Concerto pour piano

Wladyslaw Szpilman (Pologne, 1911-2000) : Concertino pour piano et orchestre

Franz Schreker (Autriche, 1878-1934) : Der Geburtstag des Infantin Suite

Soliste : Alexander Ghindin (piano)

Orchestre Philharmonique de Strasbourg

Direction : Amaury du Closel

 

Dimanche 10 novembre à 17h

Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse, Strasbourg

Ernst Toch (Autriche, 1887-1964) : Bunte Suite

Alexandre Mossolov (Russie, 1900-1973) : Concerto pour piano

Wladyslaw Szpilman (Pologne, 1911-2000) : Concertino pour piano et orchestre

Franz Schreker (Autriche, 1878-1934) : Der Geburtstag des Infantin Suite

Soliste : Alexander Ghindin (piano)

Orchestre Philharmonique de Strasbourg

Direction : Amaury du Closel

 

Jeudi 14 novembre à 20h

Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse, Strasbourg

 

Mieczyslaw Weinberg (Russie, 1919-1996) : Concerto pour flûte n°1

Arnold Schönberg (Autriche, 1874-1951) : Verklärte Nacht

Erwin Schulhoff (République Tchèque, 1894-1942) : Cinq pièces pour cordes

Frauen-Kammerorchester von Österreich

Massimo Mercelli : flûte

Direction : Amaury du Closel

 

Vendredi 15 novembre à 20h30

Salle Cortot, Paris

Mieczyslaw Weinberg (Russie, 1919-1996) : Concerto pour flûte

Arnold Schönberg (Autriche, 1874-1951) : Verklärte Nacht

Erwin Schulhoff (République Tchèque, 1894-1942) : Cinq pièces pour cordes

Frauen-Kammerorchester von Österreich

Massimo Mercelli : flûte

Direction : Amaury du Closel

 

Samedi 16 novembre à 20h

Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse, Strasbourg

Erwin Schulhoff (République Tchèque, 1894-1942) : Double concerto pour flûte et piano

Alexander Tansman (Pologne, 1897-1986) : Variations sur un thème de Frescobaldi

Mikis Theodorakis (Grèce, né en 1925) : Sinfonietta

Walter Braunfels (Allemagne, 1882-1954) : Musique pour violon, alto et cordes

Laurent Cabasso : piano

Jae-A Yoo: flûte

Simos Papanas : violon

David Alexander Bogorad : alto

Orchestre Symphonique d’Etat de Thessalonique

Direction : Alexandre Myrat

 

Dimanche 17 novembre à 15h

Mémorial du KL Struthof, Natzwiller

Viktor Ullman (Autriche, 1898-1944) : Quatuor à cordes n°3

Szymon Laks (Pologne, 1901-1983) : Quatuor à cordes n°3

Béla Bartók (Hongrie, 1881-1945) : Quatuor à cordes n°5

Quatuor Psophos

Eric Lacrouts - Bleuenn Le Maître : violon

Cécile Grassi : alto

Guillaume Martigné : violoncelle

 

Dimanche 17 novembre

Auditorium Antonin Artaud, Ivry sur Seine

Lettres de Terezin : Lieder de Viktor Ullmann, Ilse Weber, Hans Krasa, Norbert Glanzberg

Séverine Maquaire, mezzo-soprano

Nicolas Dessenne, piano

 

Mardi 19 novembre à 20h

Centre Tchèque, Paris

Marcel Goldmann (France, né 1934) : Gespräch im Gebirge (création)

Franz Schreker (Autriche, 1878-1934) : Der Wind

Viktor Ullman(Autriche, 1898-1944 ): Ver Lieder des Hafis

Sergueï Prokofiev (Russie, 1891-1953): Ouverture sur des thèmes juifs

Alexandre Tansman (Pologne, 1897-1986) : Musique à Six

Récitant : Matthias Seiche

Ensemble Voix Etouffées

Direction : Romain Dumas

 

Festival 2012

DES ORCHESTRES POUR LA MÉMOIRE/MUSIQUES INTERDITES

 

C’est sous ce titre que s’ouvrira à Strasbourg entre le 27 janvier et le 3 février 2012 le festival organisé par le Forum Voix Etouffées à l’occasion de son installation dans la capitale européenne.

 

Depuis 10 ans, le Forum Voix Etouffées consacre toute son énergie à la redécouverte des compositeurs victimes des totalitarismes européens du XXème siècle, et plus particulièrement du nazisme. Dans le cadre de son festival 2012, il a voulu associer à ce projet plusieurs orchestres européens engagés dans cette lutte contre l’oubli : la Nouvelle Philharmonie de Chambre Juive de Dresde, l’Orchestre Roumain des Jeunes, le 1. Frauenorchester de Vienne, ainsi que son propre ensemble, l’Ensemble Voix Etouffées.

 

Où écouter aujourd’hui des compositeurs aussi créatifs qu’Ernst Toch, Berthold Goldschmidt, Viktor Ullmann – assassiné à Auschwitz en octobre 1944, et dont l’on pourra entendre l’opéra L’Empereur d’Atlantide, tous stigmatisés par le nazisme? Si Arvo Pärt ou Dimitri Chostakovitch – un cinéconcert à l’UGC de Strasbourg avec sa partition écrite pour La nouvelle Babylone de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg montrera la versatilité de sa créativité avant la censure de Staline - ont atteint depuis longtemps une reconnaissance internationale malgré les pressions qu’ils subirent sous le joug soviétique, qui se souvient de Constantin Silvestri, modèle du compositeur censuré par le régime communiste roumain, et pourquoi tant de créateurs ayant souffert sous ces régimes, toujours vivants, osent-ils à peine parler de ces années de plomb ?

 

La musique – l’Art en général – ont, dans le cadre de ce festival, rendez-vous avec l’Histoire, et, dans une époque où tout se brade, viennent rappeler que la culture se conquiert, qu’elle n’est pas un simple phénomène de consommation hédoniste et égoïste, mais également une exigence éthique qui doit contribuer à la constitution et l’évolution de la société contemporaine. Cette société – la nôtre, celle symbolisée par Strasbourg comme capitale européenne – est le fruit du plus grand cataclysme de l’époque moderne. Les crimes contre l’esprit qui furent alors commis pèsent encore lourdement sur nos destins, et l’illusion d’une introuvable fin de l’Histoire fait peu de cas de ceux qui sont quotidiennement commis à quelques heures de vol de nos frontières.

 

Parler ainsi de musiques interdites aurait finalement peu de sens s’il ne s’agissait que d’une réévaluation du passé pour lui-même. L’ambition du Centre Européen sur la Musique et les Totalitarismes (CEMUT), créé au sein du Forum Voix Etouffées à l’occasion de son installation à Strasbourg, est ainsi de faire le lien entre les phénomènes si bien analysés sur le plan systémique par Hannah Arendt et la réalité d’aujourd’hui, et de présenter, dans le cadre des activités qu’il développera dès 2012, les conséquences de